LE JEÛNE

jeûne sec, hydrique

Etant un adepte du jeûne depuis plusieurs années, j’avais envie de faire un article à ce sujet, autour duquel gravite aussi bien la peur, que les Miracles!

Le but principal est de profiter de cette page pour vous partager ce que je connais du jeûne, par expérience et non pas par « ce que j’ai pu entendre ».
Le sujet sur la nourriture est un sujet tellement sensible aujourd’hui, qu’il n’est parfois pas possible de l’aborder avec certaines personnes. Alors pour celui ou celle qui sera ouvert à celui-ci, Bienvenu!

Tout d’abord, pour ceux qui s’intéressent à cette pratique, cette page n’est pas faite dans le but de forcer qui que ce soit à jeûner, mais de rassurer et d’apporter de l’information aux lecteur(ices)s s’interrogeant à ce sujet, qui consiste simplement, à ne rien manger, pendant un certain temps.

<< Ne plus manger? Mon Dieu, mais quelle folie..! >> Oui ça peut faire peur, car la société dans laquelle on vit suppose qu’au bout de trois jours sans manger, ni boire, nous devrions être mort. Et je vous garanti, que si c’était vrai je ne serai pas là pour écrire cet article.

Etant moi-même un bon gourmand, j’ai expérimenté plusieurs type de jeûne, j’ai commencé précisément le 21 Décembre 2012, accompagné d’un ami et d’une amie, par une journée à ne boire que de l’eau (jeûne hydrique). Nous avions loué un chalet en montagne, et durant cette journée nous avions décidé d’expérimenter le jeûne, nous avions fait une grande ballade de plusieurs heures (la marche est conseillée pour les jeûnes courts de quelques jours) a voir sur le net « jeûne et randonnée ».
Cette première expérience fut très agréable, je me souviens, le soir, avoir observer une pomme et ressentir un désir et un attrait pour celle-ci que je n’avais jamais vécu auparavant, l’envie de croquer dans celle-ci était comme devenu un rêve.. c’est là que la notion de « nourriture sacrée » m’est apparue, j’en parlerai plus bas.

Ensuite, sans avoir rien lu, ni rien entendu sur le jeûne, il m’est venu l’idée de jeûner de la même façon à chaque journée de nouvelle lune et pleine lune, j’ai appris ensuite que c’était ce que conseillaient certains yoguis et je l’ai également lu dans le calendrier lunaire où il est conseillé de le pratiquer les jours de nouvelle lune, ça me parlait bien, « faire le vide intérieur en même temps que cette phase lunaire. »

J’ai effectué cela pendant environ une année, le plus régulièrement que je pouvais, et tout en travaillant!
A l’époque j’étais commercial, je visitais des boulangeries/ pâtisseries de 5/6h du matin jusqu’à 13/14h environ, je me levais donc entre 4h et 5h et les tentations alimentaires n’étaient pas ce qu’il manquait étant constamment à proximité de tout ce qui peut se trouver dans les rayons et dans les laboratoires.. Je dis cela pour ceux et celles qui ont encore des arguments prétendant que l’on ne peut pas « ne pas manger » et travailler. Au contraire, si vous saviez l’énergie que l’on bénéficie lorsque nous ne sommes pas en digestion, c’est surprenant!
ça ne s’explique pas ça se vit!

Et pour toutes les personnes qui ont peur de s’évanouir ou de finir à l’hôpital simplement sans manger une seule journée, je vous assure que la peur est la barrière la plus importante à quiconque n’ayant jamais osé essayer.
L’expérience vous le prouvera si vous êtes appelé à vivre cela.

Plus tard, suite à une cure de dix jours à ne consommer que des fruits, je ne l’avais pas du tout prévu, mais j’ai été tenté à tester une journée de jeûne sec, comme pour finaliser la cure, le jour suivant, sentant continuer le jeûne sec, celui-ci s’est prolongé sur plusieurs jours (j’ai rebu au bout de cinq jours et repris la nourriture au bout de six) jamais je n’aurai cru être capable de vivre cette expérience, et ce fût Magique, Extraordinaire, les mots manquent pour exprimer ce que j’ai vécu intérieurement, car le jeûne est une expérience, propre à chacun(e). C’est une véritable transformation, il y a un avant et un après, c’est guaranti!

Je me souviens qu’à chaque journée de jeûne hydrique, je ressentais le lendemain une énergie vivifiante, fraiche et le plaisir d’avoir l’esprit bien plus clair, ce qui m’a motivé à régulièrement en pratiquer, juste pour recouvrer ces sensations « magiques ».

J’ai ensuite fait de nombreuses journées de jeûne sec, car il était plus facile pour moi de ne pas boire, puis diverses périodes, variant de 3, 4, 7 jours lorsque je le sentais.
Je continue sur ce rythme lorsque je sens le besoin.
Le plus long que j’ai pu faire à ce jour est une dizaine de jours, ne buvant que de l’eau.

Voilà pour ce qui me concerne et ce que j’ai pu expérimenté.


———————–

Je vous partage maintenant ce qui pourrait vous informer à ce sujet, quelques bases à savoir, à propos du jeûne:

Il existe différents types de jeûnes, les principaux sont les suivants:

  • Le jeûne hydrique (qui consiste à ne boire que de l’eau, et/ou infusions)
  • Le jeûne de jus de fruits (uniquement jus de fruits ou de légumes, de préférence fait maison à l’extracteur, éviter les jus de bouteilles, souvent pasteurisés, et sans vie)
  • Le jeûne sec ( aucun aliment et aucune boisson, on arrête totalement l’apport de nourriture et d’eau, stop à tout apport alimentaire)
  • Il y a le jeûne thérapeutique, et le jeûne spirituel (jeûner pour trouver dieu), quoi qu’il en soit, si vous êtes axé spiritualité, le jeûne vous fera du bien au corps sans aucun doute et vous en tirerez une expérience Spirituelle, si vous ne le pratiquez pas uniquement dans un but de guérison.

    Parce que le jeûne guérit?

    OUI! Le jeûne guéri! Le principe est simple et scientifique, au bout de deux ou trois jours d’abstention de manger, le corps ayant consommer tout ce que vous avez mangé lors de votre dernier repas, va entrer en processus que l’on appel « l’autophagie », c’est à dire qu’il va commencer à consommer/ consumer toutes les mauvaises graisses, tissus viciés, cellules mortes et malades, toutes les impuretés du corps (métaux lourds, additifs alimentaires, conservateurs, toxines, vaccins, médicaments et j’en passe, accumulés depuis votre naissance) en somme tout ce qui est toxique, aussi bien dans le sang que dans la chair, ou dans les organes.

    Je vous propose une liste tirée du livre de « Bernard Clavière », cité ci-dessous de ce qu’a pu guérir le jeûne:

    en préventif

    Diminution des facteurs de risques:
    Excès de poids
    Taux élevé de graisses dans le sang, de cholestérol et d’acide urique
    Stress
    Diabète mellitus de type II (diabète sucré)
    Hypertension
    Tabagisme

    Jeûne thérapeutique, maladies cardio-vasculaires

    Maladie coronarienne (artériosclérose des artères coronaires, angine de poitrine)
    Insuffisance cardiaque
    Troubles de la circulation artérielle
    Insuffisance veineuse (varices et oedèmes des membres inférieurs)

    Maladie du dos et des articulations

    Arthrose, arthrite

    Tube digestif

    Inflammation intestinale chronique, colites, gastrites
    Constipation chronique
    Affection chronique du foie

    Etat général

    Epuisement physique et psychique « burn out »
    Etat dépressif
    Fatigue chronique

    Pathologies diverses

    Infections à répétition (voies respiratoires supérieures, bronchites, cystites, sinusites etc..)
    Migraines et maux de tête
    Allergies (asthme, rhume des foins, urticaire, neurodermites)
    Diminution de la fertilité
    Troubles de la ménopause
    Syndrome prémenstruel
    Fibromyalgie
    Glaucome
    Acné

    Rien ne remplace un tel processus, aucune médecine, thérapie, ni quoi que ce soit, que le jeûne! C’est un processus naturel, d’une efficacité inégalée, et nous avons bien besoin aujourd’hui de revenir à ce que la Nature fait si bien d’Elle-même!

    A savoir, que pendant cette période, il est primordiale de s’accorder TOUT LE REPOS que le corps demande!
    Jeûner une journée n’empêche pas forcément de travailler, mais sur plusieurs jours, ce n’est pas conseillé. Le repos est nécessaire pour les jeûnes long, votre corps vous le dira, et, cependant, il est important de répondre à ses besoins.
    Jeûner avec des jus ne nous empêche pas non plus d’être actif, au contraire, le système digestif n’étant pas sollicité, un regain d’énergie est ressenti, simplement pour certaines personnes, le manque de nourriture solide peut être difficile à vivre, question d’habitude, et d’émotions.
    La nourriture étant TRES émotionnelle, les envies ne sont souvent pas des besoins du corps mais des manques à combler, ou pour ne pas ressentir diverses émotions.

    Nous mangeons la plupart du temps, par émotion, par ennui, par habitude, par besoin de goût, pour partager un moment, parce que c’est l’heure..
    Mais quand mangeons-nous lorsque notre corps en a vraiment besoin?
    Désolé de vous le dire, mais je pense vraiment que la plupart d’entre nous sommes devenus des « addicts » à la nourriture, il suffit d’observer comment nous nous sentons en sautant simplement un repas où simplement en supposant à qq’un d’en sauter un, c’est comme si c’était la fin du monde, et les réactions sont virulentes.. Tout comme s’abstenir de fumer, ou priver un alcoolique de sa dose journalière, en réalité il n’y a guère de différence.

    Pour les personnes les plus intoxiquées, il va se produire ce que l’on nomme des crises de detoxification, pas forcément agréable, mais nous montrant que le corps est bien pollué et que le processus de nettoyage est en cours.
    Les personnes étant végétariennes par exemple et faisant attention à leur alimentation (diminution des produits laitiers, viandes, privilégiant une alimentation vivante) subiront des crises moins fortes que les omnivores, ceci étant du à un apport bien amoindri de toxines à travers l’alimentation, voir pas de crises du tout et une facilité à ne pas manger durant plusieurs semaines, 21 jours à 40 jours, en ne buvant que de l’eau.

    Les symptômes qui peuvent apparaitre sont les suivants, si il se manifestent, mieux vaut ne pas arrêter tant que c’est supportable, car ce n’est pas supposé être alarmant, c’est simplement l’effet curatif somatisé par différents symptômes, ces derniers sont le signe que le processus est en cours, réjouissez-vous, la nature s’occupe de vous de façon parfaite!

    • les vertiges ( si tel est le cas, relevez-vous lentement et en douceur afin de les limiter et les atténuer)
    • remontée de glaire (mucus contenu dans les poumons), à savoir, les aliments à mucus sont les produits laitiers, amidons, transformés, se fixant sur les parois intestinales principalement et n’étant pas évacuées, ainsi que les émonctoires, comme les poumons, c’est pourquoi, en passant, les produits laitiers sont à éviter pour les personnes ayant un rhume ou une grippe, car ils obstruent les voies respiratoires.
    • maux de têtes
    • éruptions cutanées
    • crampes
    • nausées
    • langue blanche, chargée (signe de forte présences de toxines dans le corps)
    • palpitations cardiaques
    • essoufflements
    • etc

    Durant ces symptômes, détendez-vous, reposez-vous, respirez l’air frais.
    Rassurez-vous, les symptômes mentionnés ci-dessus ne sont pas systématiques, mais naturels s’ils apparaissent.

    Quelques petites attentions à s’apporter durant le jeûne:

  • La marche est très bonne et conseillée, elle aide à la détoxication et fait circuler la lymphe, souvent après une marche on se sent vivifié et notre énergie s’est comme décuplée. Allez à votre rythme, et respirez bien, l’effet est Divin!
  • Les lavements, infos à ce sujet
  • Le massage (auto-massage de la plante des pieds, massage du colon, du ventre, se faire masser, brossage à sec, bains chauds, relaxation, respirations ( pranayama, cohérence cardiaque etc..)
  • La lecture, l’écriture, la contemplation, les bains de soleil (très important et régénérant durant un jeûne!) s’exposer au soleil durant un jeûne est véritablement bénéfique!
  • N’étant pas un professionnel du jeûne, mais juste un « expérienceur » je vous renvoie vers les sources qui m’ont inspirées, rassurées et informées à ce sujet:

    Le livre d’un célèbre naturopathe Herbert Shelton (1895-1985), LE JEÛNE, qui explique de façon plutôt complète les principes de celui-ci, effets, conséquences..PDF disponible à télécharger.

    Egalement un livre surprenant d’informations à ce sujet, incontournable pour celles et ceux qui souhaitent se rassurer avant de vivre l’expérience du jeûne :

    « ET SI ON S’ARRETAIT UN PEU DE MANGER… DE TEMPS EN TEMPS » de Bernard Clavière, lui-meme sauvé par le jeûne d’une maladie le comdanant, soi-disant à vie. Son livre est plein de sources diverses à ce sujet et une mine d’information!

    Un PDF d’Arnold Ehret (1906-1971), SANTE ET GUERISON PAR LE JEUNE, très instructif également! Lui-même ayant suivi plusieurs milliers de jeûneurs pendant plusieurs années et ayant expérimenté différents types de jeûnes long.

    Un site internet où sont très bien expliqués et présentés les principes du jeûne et diverses infos autour de ce sujet:

    http://pranique.com/jeune.html

    Les questions fréquentes:

    « Combien de temps jeûner? »

    Jeûne sec ou jeûne à l’eau?

    Durant un jeûne, en général, la faim disparait au bout de trois jours, ce qui n’a pas été toujours mon cas, comme quoi.. sans doute lié à une part de dépendance à la nourriture difficile à lâcher, mais pas sans en écarter les effets positifs..
    Il est conseillé de reprendre l’alimentation lorsque la vraie faim revient. Mais le plus important est de s’écouter, de reprendre si on le sent et de recommencer plus tard. Il est dit que le processus de nettoyage reprend là où il s’est arrêté la dernière fois.
    Que vous fassiez un jour, deux jours, une semaine, c’est toujours un cadeau pour votre organisme, un renforcement de votre métabolisme, du repos digestif (essentiel à tout corps humain).
    Et pour la question des reprises, on entend de tout, faites comme vous le sentez, ne vous gavez pas, car il y a des chances que vous ne soyez pas vraiment bien après, allez y progressivement, avec ce que vous avez envie et si ça ne convient pas, vous le saurez pour la prochaine fois.
    Ce qui importe c’est de reprendre tout de même avec modération, privilégiant une reprise sur quelques jours afin de réhabituer le corps à l’alimentation si le jeûne a duré plusieurs jours.
    Les pulsions de nourriture se manifestent parfois lors d’une reprise, a chacun(e) de savoir se contrôler, afin de bénéficier et profiter pleinement des bienfaits de la reprise.

    En France le jeûne n’est pas du tout répandu, malgré les milliers de témoignages existant à ce jour prouvant les bienfaits miraculeux de cette pratique et sachant que nos pays voisins comme l’Allemagne, l’Espagne, le Japon, la Russie où il existe différents centre où le jeûne est pratiqué sous surveillance médicale, donc reconnu par la médecine, et pur certains, remboursé par les assurances maladies!

    Vous trouverez dans le livre « Et si on s’arrêtait un peu de manger… de temps en temps » bon nombre d’informations à ce sujet! Du beau travail de la part de l’auteur.

    Pour toutes les personnes désireuses de perdre du poids, rien de plus efficace, naturel et simple que le jeûne..!
    Je me sens sidéré lorsque j’entends et vois encore des personnes passer par la chirurgie afin de se faire placer un anneau à l’estomac ou pire se faire enlever un bout de cet organe pour perdre du poids.. ou encore la liposuccion, quelle agression pour le corps! Alors que la nature pourrait faire le travail d’elle-même de façon douce et naturelle, tout en régénérant l’organisme, le purifiant, le renforçant et le mettant au repos.
    Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué..? L’ignorance humaine a parfois un prix fort sur notre santé, physique et psychologique..

    Et donc, pour finir, car il y en a long à dire à ce sujet, mais je préfère vous orienter vers ce qui a déjà été dit et écrit, par des personnes expérimentées et spécialisées, je vous cite quelques figures de la santé ayant prôné le jeûne et défendeur de celui-ci, bien avant que l’on soit de ce monde:

    Socrate (470-399 av JC), Platon 472-348 av JC), Hippocrate 460-377 av JC), Galien (131-211), Pythagore (570-480 av JC), Paracles (1493-1541) et notant que cette pratique est recommandée dans quasiment toutes les religions connues à ce jour, pas un hasard..
    A savoir aussi que toutes les espèces animales jeûnent à plusieurs moments de l’année, excepté l’homme, qui, au contraire, ne s’arrête jamais de manger! Et d’ailleurs on pourrait plutôt dire qu’il ne mange pas, mais qu’il « bouffe ».
    La nourriture, étant censée nous apporter de l’énergie, elle nous en sollicite.

    Avec un peu de bon sens et de réflexion, il est tout de même insensé d’observer qu’avec trois repas par jour, sans compter les goûters de 16h, les encas de 10h et tout ce qui est ingéré entre les repas, les grignotages etc.. notre système digestif est non stop en activité; 45 à 50 % de notre énergie est sollicitée durant la digestion, ce qui explique les coups de barre et la baisse de productivité après un repas, même le petit déjeuner, soi-disant le repas le plus important de la journée, qui, à ce jour est, selon certaines études, ainsi que naturopathes, hygiénistes.. celui dont nous avons le moins besoin, le but et avantage étant de laisser le temps à notre système digestif d’aller jusqu’au bout de sa phase digestive et d’élimination du dernier repas (de la veille au soir) consommé.
    Sauter un repas est ce que l’on appel le « jeûne intermittent », à savoir rien le matin, ou pas avant 10/11h, ce qui vaut à ne prendre que deux repas par jour, ce qui est déjà un immense cadeau pour l’organisme!
    Lui laissant chaque jour une phase « réelle » de repos, d’au moins quelques heures. Idéalement ce serait d’être au moins 14/16h sans manger.

    Il y a ce qu’on appelle le 16/8, par exemple dernier repas à 18h et le prochain à 10h, ou 20h –> midi, ce qui laisse un bon temps de repos à l’organisme.

    Ne pas manger le soir équivaut à la même chose, si je ne me trompe pas c’est ce que les Bouddhistes pratiquent, ils ne mangent plus après le repas du midi.
    J’ai pratiqué cela un certain temps il y a quelques années de façon intuitive, et je m’en portais plutôt bien!

    Il y a énormément d’infos à ce sujet du coté de Thierry CASASNOVAS, également un adepte du jeûne, du cru, des jus et tout ce qui tourne autour des façons de se régénérer à travers une meilleure alimentation, lui même ayant été une personne condamnée par les médecins et « sauvé » par ce qui est cité plus haut:

    Quand la nourriture devient « sacrée »

    Comme je le cite plus haut, à chaque fois que je jeûne, il y a comme une perception, une vision de la nourriture qui se transforme et m’amène à développer un regard complètement nouveau et transformateur sur l’alimentation, la nourriture, les aliments.
    Je deviens comme Conscient que toutes les formes de nourriture que la nature nous offre est « Précieux » et « Sacré »!
    Mes mots ne sont pas que des mots, ceci est vécu dans ma chair, et cette sensation et Conscience se renouvelle à chaque fois que j’arrête de manger plus de 24 heures. Le terme « Sacré » est vraiment le ressenti vécu à chaque occasion.
    S’abstenir de manger pendant une période, même courte, nous transforme!
    En se purifiant, on prends conscience de ce qui est bon pour nous, de nos réels besoins alimentaires, étant plus à l’écoute de notre corps. On arrête naturellement tout ce qui est de l’orde de la nourriture « habituelle », de ce que la société nous propose, ce que l’on a eu l’habitude de manger depuis notre enfance, également toute source de poison et drogues comme le café, le tabac, l’alcool, l’alimentation carnée, les produits laitiers, la nourriture industrielle dont sont remplies les grandes surfaces etc.. et tout ceci se fait naturellement! C’est un retour à l’équilibre, à son rapport à la nature, au vivant.
    Les croyances autour de la nourriture s’effacent d’elles-même et on ne mange plus parce que l’on croit que c’est bon pour nous, on se nourrit de ce que nous avons besoin, et la différence est énorme, surtout sur notre santé.
    Mais le sujet sur la nourriture est un sujet tellement sensible aujourd’hui, qu’il n’est parfois pas possible de l’aborder avec certaines personnes. « Touche pas à mon assiette.. » ^^

    Comme le disait Hippocrate: « Que ta nourriture soit ta médecine et ton aliment ton médicament »

    Je me suis vu adoré des aliments avant un jeûne et ensuite ressentir comme de l’écœurement en voyant ceux-ci, l’envie avait totalement disparue, mon corps, mes cellules étant désintoxiqués, ne me redemandaient plus l’aliment en question, au contraire, il m’envoyait le signal que ce n’était pas du tout ce dont j’avais besoin.
    Je ne m’intéressais pas vraiment à l’alimentation vivante (non cuite) et à la sortie d’un jeûne, l’envie était comme née! Je n’avais envie que d’une sorte d’alimentation, des fruits, des crudités, du végétal, du vivant! sans pour autant éliminer le cuit, mais la demande du corps était clair et bien perceptible!
    Ce qui m’a permis de comprendre les adeptes du cru et leur motivation à mettre en avant ce genre d’alimentation.

    Que choisir et quoi suivre avec tout ce qui gravite à ce jour autour de l’alimentation?

    Il est important de préciser, qu’avec tout ce que l’on entend en terme d’alimentation (le végétarisme, le véganisme, les crudivores, frugivores, végétaliens etc.. toutes ses informations deviennent contradictoires, l’une s’opposant à une autre. Certains se font la guerre et défendent leur mode nutritionnel, comme on défend ou prône une religion.
    La nature de l’homme est malheureusement encore d’imposer les choses qu’il croit bonne et de juger ce qu’il croit « mauvais ».
    Et c’est là que le jeûne, sa régénération, sa réhabilitation naturelle à nos réels besoins, son retour à l’équilibre (l’oméostasie), sa purification, nous guident vers ce qui est bon pour nous et nous permet de se libérer des questionnements de << qu’est ce que je dois manger pour être bien? >>

    LE PLUS IMPORTANT EST DE S’ECOUTER! Faites vos expériences, vivez les choses, osez le changement, osez le nouveau et l’inconnu, dépassez vos peurs, ouvrez-vous aux nouvelles choses, goûts, saveurs, ça en vaut la peine!

    Enfin, une chose indissociable de notre santé physique est notre santé émotionnelle, qui joue beaucoup sur notre mental et notre psyché.
    Au cours de jeûne, pour les personnes dans une démarche de libération émotionnelle, sachez que les émotions remontent facilement, c’est donc une opportunité pour les accueillir et d’associer la purification du corps physique avec celle de notre inconscient.
    L’Esprit domine la matière, et le jeûne amenant à une clarté mentale bien perceptible, il est aussi un atout majeur pour s’alléger de nos émotions.
    Cette clarté mentale s’explique du fait de ne plus être en digestion et que l’autophagie allège la sphère intestinale qui est en lien directe avec le cerveau. (les neuros-transmetteurs seraient fabriqués dans les intestins).
    Des intestins légers assureront un esprit léger et clair, et inversement.
    Cela évite aussi de garder les intestins de ses derniers bols alimentaires non évacués.
    Shelton conseillait de se nourrir d’aliments laxatifs avant un jeûne.

    Les lavements ou séance d’hydrothérapie du colon vont également de paire avec les jeûnes, ceux-ci accélérant sans égal le processus d’élimination des déchets et toxines. lien info

    A lire également:

    LA SANTE DE L’INTESTIN, LE COLON, de « Norman Walker » (1886-1985) Pionnier du crudisme, du mouvement végétarien et dans le domaine des jus de fruits et légumes frais, ainsi qu’à l’alimentation vivante.

    Si vous sentez le désir et cet appel à expérimenter ce cadeau que l’on peut se faire de s’autoriser une pause alimentaire de 24h, 36h, 3jours,une semaine.. seul, entre amis, dans une structure spécialisée, n’hésitez pas, sautez le pas, vous vous faites un Merveilleux cadeau!

    A tout(e)s les intéressé(e)s, je vous souhaite une Belle Expérience!

    Lorsque vous jeûnez, vous êtes entre les mains de la plus grande des chirurgiennes, laissez-vous aller, Dame Nature s’occupe de vous

    Laisser un commentaire